« Tribulations d'un pékin dans le civil | Accueil | Le Jazz et la Java »

04/03/2004

Commentaires

Entièrement d'accord avec toi, Sophie. Notre Chimène a deux ans aujourd'hui, et plus je la vois s'affirmer, se créer un point de vue sur les choses, faire des choses d'elle-même, dire un goût, un avis, plus je suis heureux. Quand elle nous a dit pour la première fois qu'elle n'aimait pas une robe, on était un peu sur le cul, mais en même temps, quelle joie !

Je partage entièrement cette philosophie. Pas forcémen si répandue...

Moi aussi je suis triste de voir à quel point l'éducation qu'on donne à nos enfants nous séparent de nos amis..

Moi aussi je me dis "tu ne peux pas faire pire que ta mère".. qui pensait la même chose de la sienne.. et je n'ai qu'un crainte, c'est que Chimène pense la même chose avec nous, dans 25 ans.. Ouin !

Je suis d'accord avec vous trois, je suis toujours très heureuse de voir mon gamin faire ses choix et devenir autonome.C'est notre rôle de parents que de faire de nos enfants des êtres indépendants qui puissent nous quitter quand il le faudra. On fait ce qu'on peut, on fait des erreurs et on ne sait pas ce qu'ils nous reprocheront plus tard mais tant pis du moment qu'il y a beaucoup d'amour et de respect dans la famille !

c'est sur que ce n'est pas simple l'éducation, et que ça fait vraiment flipper car on sait que cela aura de l'incidence sur l'avenir de nos enfants. Mais qd vous dites toutes les 2 "surtout pas pire que ma mère" on a l'impression que vous reniez totalement votre éducation et que vous n'aimez pas ce que vous etes devenues! or qd je vois ton site Sophie, je n'ai pas l'impression de qqn de si malheureux et déséquilibré, qt à toi "sansmoi" que je connais, il me semble aussi que le résultat n'est pas trop raté! Tout ça pour dire que meme si nos parents ont forcément fait des erreurs et que nous aussi on en fera forcément, il faut aussi avoir confiance en notre "instinct" de mères et espérer qu'on ne fera pas n'importe quoi avec nos enfants... si on le fait c'est qu'on pense que c'est bon, et à moins qu'on soit dérangées, si on pense que c'est bon pour notre enfant c'est que ça l'est un peu quand meme!

quant à votre avis sur l'autonomie à donner à ses enfants, sans en etre sure moi meme je pense que l'argument qui poussent les gens à imposer plus les choses à leurs enfant est de dire que tant qu'il est petit l'enfant ne peut pas choisir seul, il n'a pas les bases pour choisir puisqu'il n'a pas d'expérience. l'enfant a besoin de références (qui ne peuvent etre que ses parents au départ, puis d'autres personnes qd il grandit) sinon il ne peut deviner que choisir! A mon avis on ne peut laisser une autonomie totale à un enfant car il lui manquerait alors un cadre dont il a besoin, et il risque d'etre angoissé et déboussolé (les dérives dont parlent tes amis)
Je ne pense pas que ce soit par peur que l'enfant nous abandonne qu'on lui donne des règles, c'est par peur qu'il ne sache où aller et comment faire ses choix. Car si on suit votre raisonnement, on ne devrait pas proposer sa religion à l'enfant, on ne devrait pas proposer telle ou telle école à l'enfant, etc... Je suis d'accord qu'on ne sait jamais si on détient la vérité en proposant telle ou telle chose à l'enfant, mais je pense qu'il faut qd meme lui imposer qqchose au départ, sinon il n'aura rien contre quoi s'opposer plus tard... Voilà je pense, les raisons pour lesquelles tes amis ne sont pas d'accord avec toi. Mais je ne suis pas experte éducatrice, donc je me trompe peut-etre... rendez-vous dans 20 ans pour voir ce que ça a donné sur nos enfants!

Attention le poste est court donc réducteur. Quand je parle d'acquisition d'autonomie, je ne veux pas dire qu'il faut laisser l'enfant faire ce qu'il veut. Je pense simplement qu'il faut lui apprendre à faire seul le plus rapidement possible afin qu'il acquiert justement de l'expérience. Je ne suis absolument pas contre des règles au contraire mais après avoir passé trois ans dans un système militaire, je pense que trop de règles finissent pas amener à l'anarchie! Et je parle en connaissance de causes...
A mes yeux le rôle d'une mère est de pousser son enfant à se passer d'elle, en douceur et en lui transmettant le peu d'expérience qu'elle possède. Mes amies s'opposent à moi surtout sur le fait de couper le lien fusionnel qui existe avec leurs enfants. Pour les habits, leur argumentation tient en "mais si mon enfant sait s'habiller, il n'a plus besoin de moi", je pense que c'est le contraire, il a simplement besoin de sa mère, pour apprendre l'harmonie des couleurs, le bon goût et le plaisir d'expérimenter, pas pour des gestes mécaniques.

oui alors je suis d'accord avec toi! c'est au contraire malsain pour l'enfant que sa mère ne veuille pas "couper le cordon", apparemment tes amies pensent plus à elles (et c'est vrai que c'est dur de voir l'enfant se passer de nous... je pense par exemple à la fin de l'allaitement où mes enfants préféraient le biberon!!) qu'à leur enfant. En revanche pour les habits je pense que comme tu dis l'enfant a besoin que sa mère lui apprenne l'harmonie des couleurs, etc..., car il ne peut pas les deviner tout seul.
J'en conclue de tout ça qu'il faut toujours doser entre autonomie à donner et bases à enseigner, douceur et fermeté, affection et pas "enfant gâté"...

Il y a une chose que les enfants sentent intuitivement : c'est le mensonge et je crois que c'est ce que je n'ai jamais pardonné à mes parents. Le monde qui nous entoure est compétitif, dur, sans compassion et violent. J'ai toujours la crainte d'entourer ma fille de coton. Parce que les autres ne lui pardonneront rien et parce que le mensonge doucement utopique d'un monde gentil où l'on n'attend qu'elle serait terriblement destructeur.
Il y a peu de règles à la maison, mais elles sont très strictes : le respect, l'amour, l'effort et la cohérence. je suis prête à écouter un discours articulé et cohérent et à y répondre mais je refuse de la voir se rouler par terre. Et parce que je l'aime je refuse la facilité.
Ce qui, parfois, nous conduit à des situations tragi-comiques, elle hurle de rage et de frustrations et c'est très difficile de rester sereins. Heureusement que son père est plus posé que moi et toujours prêt à prendre le relais !

Comment dire à son enfant "l''homme est un loup pour l'homme" donc soit prudent tout en gardant un amour d'autrui et une tolérance qui lui permette de rester ouvert malgré les mauvaises expreriences qu'il aura a affronter.
Les enfants doivent affronter la frustration, le fait de reporter à plus tard la réalisation de leurs désirs, les limites sont là, réelles, on ne peut pas faire toutes les choses qu'on veut quand on le veut...

Intéressant, même si je le lis tard, l'histoire du choix des vêtements. je n'ai jamais fait cela avec les miens (des garçons).Cela ne m'est même pas venu à l'idée.
Mais au bout de deux ans est-ce que cela ne ralentit pas les habillages du matin?
La seule chose qui me vient à l'esprit c'est quand ils sont ado et qu'ils veulent choisir et que tous leurs copains ont LA marque XYZ et il la leur faut. Cela devient plus onéreux. Quand ils étaient petis, je me disais, "oh, cela ne m'arrivera jamais, pas à moi" mais maintenant je me contente d'attendre. On verra.
Entièrement d'accord pour le fait que l'éducation sépare des amis...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo
Damien Guinet
un Blog-It Express chez vous ? Blog-It Express

Photos

  • Photos personnelles
    Les photos sur ce site ne sont pas libres de droit. Merci de ne pas les utiliser.